C'est pas (que) de la tarte !

Tourte au riesling

Aujourd’hui je m’attaque à un incontournable de la cuisine alsacienne… et j’ai même pas peur (en vrai si, a bissele, mais je tiens ma recette de Martinou, la caution alsacienne de la famille alors hop, j’y crois !)

La tourte au riesling c’est généralement une tourtasse de 5kg (au bas mot), remplie à ras bord de 3 barbaques différentes qui nagent dans un demi litre de pinard du cru… Un délice, certes, mais pour une préparation à la bonne franquette d’un petit plat réconfortant d’hiver, et qui coûte pas un bras… on repassera.

Cette recette propose une version plus abordable du grand classique, qui reprend les éléments de base: de la viande (ami végé, passe ton chemin), oui, mais hachée , de la pâte (j’ai une préférence pour le feuilletage j’avoue) et du vin, oui mais un quart suffira (par contre avec le riesling, on ne transige pas hein, allez pas me tremper tout ça avec de la villageoise ou je me fâche…)

Une bonne entrée en matière dans la gastronomie alsacienne, qui fera toujours son petit effet à table !

E güeter !*

Ingrédients :

  • 400 g de viande hachée (mélange 2/3 de boeuf et 1/3 de porc pour moi)
  • 2 carottes
  • 1 poireau
  • 25 cl de riesling**
  • 2 feuilles de laurier
  • sel, poivre
  • 2 disques de pâte feuilletée (maison ou du commerce)
  • Pour la dorure : 1 jaune + 1 cuillère à soupe de lait

Préparation :

Tout d’abord, préparer la marinade.

Dans un saladier, mélanger la viande (demander à votre boucher de faire le mélange, ou faites-le vous-même dans les proportions voulues, personnellement je préfère ajouter un peu de porc à la farce, je trouve le rendu moins sec qu’avec juste du boeuf) avec les carottes et le poireau coupés en brunoise (aka petits dés).

Ajouter les feuilles de laurier et le vin jusqu’à recouvrir la farce (soit environs 20 cl pour ma part). Laisser mariner au frais dans l’idéal la veille pour le lendemain midi ou le matin pour le soir.

Une fois la viande bien macérée dans le pinard, l’égoutter dans une passoire en pressant bien pour que le mélange ne soit pas trop humide (pour ne pas détremper la pâte). Bon, on perd quelques centilitres de vin, mais il reste les 50cl de la bouteille pour se consoler!

Saler, poivrer et bien mélanger la farce avec les mains (team même pas peur de tripoter la barbaque à main nue, résurgence d’un lointain instinct carnassier, sans doute). Penser à retirer les feuilles de laurier.

Dérouler un disque de pâte feuilletée sur une plaque de cuisson. La piquer à la fourchette.

Etaler la farce sur le disque en laissant une bonne marge sur les bords du disque histoire de faciliter le soudage de la tourte.

Recouvrir du deuxième disque de pâte. Bien souder les bords de la tourte (ma technique en totale exclu : je retourne le bord vers l’intérieur en prenant les deux épaisseurs de pâte et j’écrase le tout avec les dents d’une fourchette… ça ferme bien et en plus, ça fait joli!).

Dorer avec le mélange jaune d’oeuf + lait et former une petite cheminée au centre de la tourte pour permette à la vapeur de s’échapper.

Enfourner pour 1h à 1h15 à 180 °C. Recouvrir de papier d’alu (ou autre alternative healthy) pour ne pas que la tourte dore trop vite.

Déguster avec une bonne salade verte et … un verre de riesling ! (Ou deux… je ne juge pas!)

* Bon appétit au Pays de la Choucroute!

** J’espère au moins qu’arrivé là tout le monde sait ce que c’est, hein?

Breakfast Club

Brioche au fromage blanc

Bon, on est en Novembre, on est reconfiné (Cette manie de rempiler pour une saison 2 à tout prix alors que la première était déjà pas top… ) bref, il est temps de sortir une petite recette de boulange pour faire chanter les matins qui piquent (rapport au froid et au fait d’avoir des enfants en incapacité totale de comprendre le concept de grasse matinée..)

Pour le coup, je vous propose une recette de brioche, oui mais, healthy madame, vu qu’il n’y a pas de beurre et peu de sucre. Quelle hérésie me direz-vous. Certes, mais il n’empêche que quand on n’est en pénurie de beurre dans le frigo (on garde des stocks pour les futurs bredele, des fois que les gens auraient envie de troquer le PQ pour le gras), ou que l’on fait attention à son cholestérol, ou qu’on a acheté un pot d’un kilo de fromage blanc pour faire une tarte mais qu’on a une flemme intersidérale de s’y coller (on sent le vécu...), bref cette brioche sans beurre, elle vous sauve.

Il y eu quelques haussements de sourcils suspicieux pendant la préparation (« Chérie, t’as pas oublié le beurre? Beh y’en a pas dedans… Whaaaat? Tu nous mets à la diète? » Vous voyez le genre), mais après test auprès de mes mâles, franchement on valide des deux mains.

Pour une belle brioche moelleuse (quoiqu’un peu compacte, mais je plaide pour le manque d’espace dans le plat pour que la pâte s’étale à sa guise) sans prise de tête et WW compatible, c’est un pari réussi!

Brioche au fromage blanc

Ingrédients :

  • 500 g de farine
  • 100 g de sucre
  • 2 oeufs
  • 1 sachet de levure de boulanger (ou un demi cube de levure fraîche)
  • 2 cuillères à soupe de lait
  • 250 g de fromage blanc
  • 1 bouchon de fleur d’oranger (ou autre parfum au choix)
  • 1 jaune d’oeuf + 1 cuillère à soupe de lait pour la dorure

Préparation :

Réhydrater la levure sèche (ou diluer la levure fraîche) avec les deux cuillères à soupe de lait et éventuellement une pichenette de sucre.

Dans le bol du robot (ou un saladier lambda si vous pétrissez à l’ancienne), verser la farine, le sucre, les oeufs légèrement battus et le fromage blanc. Mélanger et ajouter la levure et l’arôme (team orange blossom for ever !)

Pétrir pendant une bonne quinzaine de minutes jusqu’à ce que la pâte soit bien homogène.

Faire pousser la pâte deux bonnes heures dans un endroit tiède (près du poêle, encore mieux que la box internet).

Quand elle a bien levé, façonner la brioche. J’ai choisi de faire des boules (style brioche « butchy ») soit 2 rangées de 4 boules de pâte dans un plat à gratin. On peut façonner 3 ou 4 boules de pâtes alignées dans un moule à cake. Pour le tressage, je n’ai pas tenté, mais cela risque d’être tendu dans la mesure où la pâte est assez collante. De façon général, il vaut mieux avoir les mains humides pour travailler cette pâte à brioche ! Attention, la pâte a des velléités d’extension, lui prévoir de la place pour s’étaler sinon la mie peut-être un peu compacte.

Une fois formée, laisser la brioche lever encore une heure.

Dorer la brioche avec le mélange oeuf + lait, et enfourner pour 30 à 35 min. à 200 ° (TH. 6-7).

La brioche dore assez vite, ne pas hésiter à la couvrir pour que l’intérieur cuise bien sans que le dessus ne crame !

Déguster avec une bonne confiture de saison, comme cette confiture de mirabelles, celle aux pommes épicées ou aux patates douces à la vanille.

Breakfast Club

Confiture de mirabelles

Je vous avais prévenus, suite à la production pléthorique de notre cher mirabellier, la jolie prune dorée de la fin de l’été a envahi ma cuisine !

Après moult tartes, clafoutis et cakes, sans oublier le Sorbet, voici venu le temps des confitures.

Je vous propose ma recette traditionnelle de confiture de mirabelles, un de mes fruits préférés à tartiner. Classique, cette confiture est parfumée avec de la cannelle, l’épice incontournable pour accompagner les prunes de la région.

Si vous avez une bassine à confiture, n’hésitez pas à vous en servir, moi je me contente de ma cocotte, la plus grosse casserole de ma ménagère!

Confiture de mirabelles et fromage blanc

Ingrédients :

  • 1 kg de mirabelles dénoyautées
  • 750 g de sucre
  • le jus d’un demi citron
  • 3/4 bâtons de cannelle

Préparation :

Laver et dénoyauter les mirabelles. (On peut recouper les fruits si on le souhaite, mais personnellement, je les prépare juste dénoyautées.)

Dans un saladier (ou la casserole dans laquelle la confiture va cuire… économie de vaisselle !), mélanger les mirabelles avec le sucre. Ajouter les bâtons de cannelle (3 gros ou 4 moyens, c’est juste la bonne quantité pour moi qui aime sentir la cannelle sans qu’elle prenne le dessus sur le reste, à vous de voir..)

Laisser les mirabelles macérer dans le sucre et la cannelle une bonne demie journée à température ambiante.

Faire cuire les mirabelles et leur accompagnement pendant 40 min. à feu doux. Remuer de temps à autre pour éviter que la confiture n’accroche.

Au bout de 40 min, vérifier si la confiture a pris en versant une cuillère à café de mélange sur une assiette froide, si la texture se fige… la confiture est prête ! Sinon, remettre sur le feu et tester à nouveau au bout de 5 à 10 minutes.

(A ce stade là, comme j’aime bien un peu de mâche dans mes confiture sans avoir non plus des gros morceaux, je passe un coup de mixer plongeant… En m’assurant d’avoir ôté les bâtons de cannelle avant… la confiture avec écharde c’est moyen gourmand)

Verser la confiture bouillante dans des pots (lavées, ébouillantés 10 min. et séchés). Retourner jusqu’à complet refroidissement.

Laisser la confiture reposer quelques jours avant de déguster sur du pain ou dans du fromage blanc!

La glace à Dallas

Sorbet à la mirabelle

Bon, vu le temps quelque peu automnisant de ces derniers jours, je me suis dit qu’il était plus que temps de partager cette recette de glace avant qu’on se retrouve à grelotter près du poêle en rêvant de tartiflette (remarquez que rêver de tartiflette c’est pas demain la veille que ça va m’arriver…)

Il se trouve que dans le jardin de notre nouvelle bicoque demeure, il y a un vénérable mirabellier d’un âge canonique, qui a retrouvé en ces temps troublés une vigueur insoupçonnée… En clair, je croule depuis près d’un mois sous les mirabelles, et forcément, la chaleur aidant, j’en ai transformé une pelletée en sorbet (mais pas que, aussi la cuisine de Marmites et marottes risque fort de bientôt se transformer en Festival de la mirabelle…)

Ce sorbet est d’une simplicité enfantine, le goût de la mirabelle est bien présent et non noyé dans le sucre, et la texture est aérée juste ce qu’il faut grâce au blanc en neige (LE secret d’un sorbet sur lequel on ne se casse pas les ratiches).

KODAK Digital Still Camera
Sorbet à la mirabelle

Ingrédients :

  • 1 kg de mirabelles dénoyautées
  • 150 g de sucre
  • le jus d’un citron
  • 10 cl d’eau
  • 2 blancs d’oeuf

 

Préparation :

Laver, dénoyauter et couper les mirabelles en deux.

Dans une casserole, mettre les fruits, l’eau, le sucre et le jus de citron, bien mélanger et faire compoter durant une vingtaine de minutes.

Mixer finement le mélange puis laisser refroidir 2 heures minimum au frais.

Monter les blancs en neige ferme, puis les incorporer délicatement aux mirabelles.

Faire turbiner le mélange dans la sorbetière pendant 30 à 45 minutes (selon le modèle de votre engin).

A ce stade, on le sorbet est onctueux à souhait, on peut le consommer comme ça ou le mettre au congélo pour qu’il soit plus ferme.

A déguster sous un rayon de soleil en oubliant que bientôt… c’est la rentrée !

 

 

 

Demandez le menu !

Menu de la semaine – Eté – Août

On me dit dans l’oreillette que ça fait 2 mois que je n’ai rien publié ici… Ouch !

A ma décharge, lecteur gastronome, ces deux derniers mois ont été bien remplis, nulle vacance au planning, mais achat d’une bicoque, travaux ad hoc et emménagement (et travaux et… travaux, bref, toi-même tu sais…).

D’ailleurs, je ferai peut-être un petit article sur les rénos de la chaumière, vu que le plâtre et la peinture fossil 4 de chez Leroy Merlin, ça a l’air de bien se vendre sur les réseaux sociaux.

En attendant, un petit menu d’été quand même, en direct de ma nouvelle cuisine. J’espère pouvoir rattraper mon retard, vu que l’été c’est un peu la saison la plus inspirante chez Marmites… (Apéroooooooooooooooo…)

Au menu, des légumes, des légumes et des légumes et pour assouvir ses pulsions carnassière, rien de mieux qu’un barbeuc dans le jardin !

Lundi : Ratatouille et polenta grillée

Mardi (jour de la salade) : Focaccia aux tomates cerises  et salade de lentilles

Mercredi : Tarte tomates et amandes d’Ottolenghi

Jeudi (repas végétarien/vegan): Barbeuc saucisses (merguez & saucisses blanches) / Tomates-mozza- basilic (du jardin!)

Vendredi (poisson): Salade de pommes de terre au saumon fumé, sauce au yaourt et ciboulette

Samedi (chat meal): Pouf pogaca (brioches salées turques à la viande hachée)

Dimanche : Clafoutis aux légumes d’été

 

Pâtisserie : Tarte à la mirabelle – Clafoutis à la mirabelle (oui j’ai un mirabellier maintenant et oui, il est très productif!!!)

Goûters de la semaine :Glace à la confiture de lait